Cédric Lavaud

32200 Juilles - Membre Skilto depuis presque 11 ans


Cédric Lavaud est un peintre de la présence. La précision experte du dessin, comme la palette soyeuse des ocres et des ors, des rouges et des noirs, participent à cet avènement. L'image dit la chose dans sa belle évidence. Mais elle ne la dirait pas avec un tel accent si elle n'était sans cesse interrogée par le peintre. C'est ce questionnement interne qui donne à l'oeuvre sa force et transforme le plus pur classicisme en une modernité saisissante. Le déplacement s'opère parce que Cédric Lavaud joue des focales, agrandit, recadre, recompose. Il grossit le détail jusqu'à lui laisser prendre presque toute la toile. Il brise le cadre de l'image et la projette hors d'elle-même pour trouer l'espace et prolonger l'oeuvre dans la réalité. Ces perspectives qui traversent l'oeuvre sont autant de lignes de fuite dont dispose l'artiste pour déployer son art magistral du mouvement. Il évite que la peinture ne se fige dans la perfection de son trait, en cassant la continuité d'une silhouette, en effaçant les visages et en lançant, de la toile au réel, un tournoiement de reins, un frôlement de fauve, une envolée de cape. Il défait ainsi la statique classique de l'image et l'ouvre à tous les infinis. C'est particulièrement vrai de ses Tauromachies. Ces toiles, au coeur de l'oeuvre, attestent d'une superbe maîtrise de la fugacité et nous convient à son rituel dansé et éclatant. Les Tauromachies explosent de sang et de soie, de lumières et d'ombres, de roses tendres et de violines acides. La couleur tournoie et vibre aux confins de sa surface. Elle est, à elle seule, cinétique. Or, c'est précisément à elle que l'artiste renonce dans ses dernières oeuvres. Le travail de remise en question le conduit à sacrifier ce qui fait sa puissance. Déjà, dans une ancienne Tauromachie, la masse sombre d'un taureau se révulse en blancheur. Elle annonce ce nouvel ébranlement des repères classiques. Les tableaux, peints en noir et blanc mais toujours fidèles à un strict réalisme, atteignent en leur contraste et leur dépouillement, un degré de spiritualité dont on ne sait plus s'il est celui de la peinture ou de la tauromachie. Nul doute, au vu d'une telle évolution, que le geste du peintre ne soit de pure authenticité et que sous le pinceau ne crisse le sable de l'arène. Dans Les Voix du silence, André Malraux dit que les artistes ne viennent pas de leur enfance mais de l'émotion qu'ils ont ressentie au contact des grands Maîtres. C'est pourquoi, même si Cédric Lavaud est gersois d'enfance, il est espagnol d'art. La citation et l'hommage sont dans l'oeuvre : Goya, portraituré, initie la quête des Tauromachies. Mais Zurbaràn et Cotàn sont là aussi, implicites et révérés dans le même art fervent de la présence. La plupart des œuvres de Cédric Lavaud sont des peintures à l'huile sur toile. Mais il s'exprime aussi avec des encres, encres et pastels ou encore encres et acrylique sur papier Arche 270gr. Les formats les plus courants sont des 120X100 ou 100X100.


  • Langues parlées: castillan, français,
  • Spécialisations: Tauromachie-, nature, Morte, Portrait
  • Moyens de paiement: Cash Chèque Virement bancaire

Photos



Avis (0)